Présentation

SESSION CLASSIQUE 2022

 

La session 2022 aura lieu du 2 au 9 novembre 2022. Elle sera menée par Julien Chauvin.

 

S’inscrivant dans la résidence de l’OFJ en Hauts-de-France, cette session se déroulera sur une dizaine de jours à la Cité de la musique et de la danse de Soissons.

 

Elle viendra compléter la formation des jeunes musiciens en leur apportant une polyvalence d’interprétation dont les orchestres professionnels jouant sur instruments modernes sont de plus en plus demandeurs.

 

Equipe pédagogique

à confirmer

Programme

Session 2022

 

  • Wolfgang Amadeux Mozart, Sérénade n°7 "Haffner"
  • Wolfgang Amadeux Mozart, Airs de concert
  • Ludwig van Beethoven, Symphonie n°1

Concerts

Cité de la Musique et de la Danse de Soissons, lundi 7 novembre, 20h00

 

Conservatoire Jean-Baptiste Lully, Puteaux, mardi 8 novembre, 20h45

 

Auditorium du Musée du Louvre, Paris, mercredi 9 novembre, 20h00

Direction musicale

JULIEN CHAUVIN

 

Très tôt attiré par la révolution baroque et le renouveau de l’interprétation sur instruments anciens, Julien Chauvin part se former aux Pays-Bas, au Conservatoire royal de La Haye, avec Vera Beths, fondatrice de l’Archibudelli aux côtés de Anner Bylsma.

 

En 2003, il est lauréat du Concours international de musique ancienne de Bruges et se produit ensuite en soliste en Géorgie, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud tout en jouant au sein des principaux ensembles baroques européens. En 2005, il forme Le Cercle de l’Harmonie, qu’il dirige avec Jérémie Rhorer pendant dix ans.

 

Concrétisant son souhait de redonner vie à une formation célèbre du xviiie siècle, Julien Chauvin fonde en 2015 un nouvel orchestre : Le Concert de la Loge. L’ambition de cette re-création s’affiche notamment dans l’exploration de pages oubliées du répertoire lyrique et instrumental français, mais également de nouvelles formes de direction – l’ensemble étant dirigé du violon – , ainsi que de formats de concerts encourageant la spontanéité et l’imagination du public.

 

Parallèlement, il poursuit sa collaboration avec le Quatuor Cambini-Paris créé en 2007, avec lequel il joue et enregistre les quatuors de Jadin, David, Gouvy, Mozart, Gounod ou Haydn.

 

Julien Chauvin assure la direction musicale de productions lyriques telles que le spectacle Era la notte mis en scène par Juliette Deschamps avec Anna Caterina Antonacci, Phèdre de Lemoyne et Cendrillon d’Isouard dans des productions du Palazzetto Bru Zane mises en scène par Marc Paquien, l’Armida de Haydn mis en scène par Mariame Clément et Chimène ou le Cid de Sacchini mis en scène par Sandrine Anglade.

 

Questionnant les pratiques de direction des opéras aux époques classique et romantique, il a récemment dirigé depuis le violon L’Enlèvement au sérail de Mozart mis en scène par Christophe Rulhes.

Il est également chef invité de plusieurs formations : l’orchestre Esterházy Hofkapelle, l’Orchestre régional d’Avignon-Provence, l’Orkiestra Historyczna de Katowice, le Folger Consort à Washington, Les Violons du Roy et le Kammerorchester Basel.

 

La discographie de Julien Chauvin comprend des œuvres concertantes de Haydn, Beethoven et Berlioz pour les labels Eloquentia et Ambroisie-Naïve, et il entame en 2016 l’enregistrement de l’intégrale des Symphonies parisiennes de Haydn avec le Concert de la Loge, pour le label Aparté, en proposant chaque saison un programme construit au format de l’époque avec un artiste invité : « Haydn-La Reine » avec Sandrine Piau, « Haydn-La Poule » avec Justin Taylor et « Haydn-L’Ours », « Haydn-L’Impatiente » avec Sophie Karthäuser et « Haydn-Stabat Mater, Symphonies Parisiennes n° 84 & 86 » avec les solistes Florie Valiquette, Adèle Charvet, Reinoud Van Mechelen et Andreas Wolf. La parution en mai 2019 du disque « Si j’ai aimé » avec Sandrine Piau pour le label Alpha, s’inscrit dans la redécouverte du répertoire des mélodies romantiques françaises orchestrées.

En février 2020, c’est Vivaldi qui était à l’honneur dans l’enregistrement « Vivaldi Il Teatro », 63e volume de l’Editon Vivaldi pour le label Naïve.

 

Il se produit régulièrement avec Alain Planès, Christophe Coin, Andreas Staier, Jean-François Heisser, Justin Taylor et Olivier Baumont avec lequel il enregistre au château de Versailles le disque « À Madame ».

 

Parallèlement à ses activités de concertiste, Julien Chauvin se consacre également à la pédagogie dans le cadre de sessions d’orchestre ou de master classes au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris ainsi qu’à celui de Lyon, à l’École normale de musique de Paris ou encore avec l’Orchestre Français des Jeunes.

 

Soliste

Pressphoto_Jerosme_E__c_Julie_Reggiani_01 (Moyen)

Suzanne Jerosme

 

Après ses études à la Guildhall School of Music and Drama à Londres et à la Hochschule für Musik und Tanz à Cologne, la jeune soprano française Suzanne Jerosme est rapidement invitée à joindre l’ensemble du théâtre d’Aix-la-Chapelle en Allemagne.

 

Finaliste du Concours International de Chant d’Opéra Baroque Pietro Antonio Cesti en 2016, Suzanne est l’invitée du Festival de Musique Ancienne d’Innsbruck en 2017 pour chanter le rôle-titre dans Octavia de Reinhard Keiser – « L’Octavie de Suzanne Jerosme développe une grande humanité… une incontestable noblesse… aigus cristallins et déchirés… purs moments de bonheur. » [baroquiades.com]. Elle est en 2016 à l’affiche de L'incoronazione di Poppea (Amore/Valletto) avec l’Ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi, de Gianni Schicchi de Puccini (Lauretta) au Théâtre d’Aix-la-Chapelle ainsi que du Requiem allemand de Brahms au Ostbelgien Festival et à la Cathédrale d’Aix-la-Chapelle sous la baguette de Kazem Abdullah.

 

À Aix-la-Chapelle Suzanne se distingue dans les rôles de Poppea (L'incoronazione di Poppea) – « Une incarnation extrêmement vivante et parmi les plus fouillées qu’il nous ait été donné d’entendre. » [forumopera.com], Blanche de la Force (Dialogues des Carmélites) – « magnifique… une voix juvénile, brillante et grandissante » [omm.de], Flora (The Turn of the Screw), Maria (West Side Story), La plus jeune Fille (Au Monde de Philippe Boesmans), Zerlina (Don Giovanni), Despina (Così fan tutte), et Bellezza (Il trionfo del tempo e del disinganno de Haendel) – « Suzanne Jerosme réussit les coloratures parfois redoutées de Haendel avec une perfection époustouflante et une incroyable simplicité. » [Klenkes].

 

En concert Suzanne se produit plusieurs fois au Festival d’Auvers-sur-Oise et chante au Annecy Classic Festival la Messe du Couronnement et les Vêpres Solennelles d'un Confesseur de Mozart avec l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg sous la direction de Patrick Marco. Elle chante à Aix-la-Chapelle la partie de soprano solo dans la Symphonie « Résurrection » de Mahler, la Messe en ut mineur et Exsultate, Jubilate de Mozart. Elle revient en 2018 au Festival de musique ancienne de Innsbruck pour un récital titré « Time stands still » dans lequel elle explore le répertoire anglais, français et italien du 17ème siècle.

 

Elle entame la saison 2019/20 avec le rôle de Woglinde dans Hagen de Wagner à Aix-la-Chapelle, chante à l’Opéra d’Avignon et à l’Opéra Royal de Versailles la Première Dame dans la version française de La Flûte Enchantée de Mozart sous la direction d’Hervé Niquet, et fait par ailleurs ses débuts à l’Opéra National de Lorraine, où elle chante le rôle de Morgana dans Alcina de Haendel, production mise en scène par Serena Sinigaglia et dirigée par Leonardo García Alarcón.

 

Au début de la saison 2020/21, Suzanne fait ses débuts au Bayreuth Baroque Opera Festival avec le rôle de Giuditta dans Carlo il Calvo de Porpora mis en scène par Max Emanuel Cen?ic et dirigé par George Petrou. La production est reprise plus tard en concert au Theater an der Wien, au Concertgebouw à Amsterdam, puis à San Lorenzo del Escorial. Elle chante alors le rôle-titre dans l’enregistrement de Cleofida, Reine d’Inde (Handel/Telemann) sous la baguette de Jörg Halubek son ensemble Il Gusto Barocco.

 

Toujours à Aix-la-Chapelle, elle poursuit son exploration du répertoire avec le rôle-titre dans La Calisto, Valencienne dans Die Lustwige Witwe et Helena dans Midsummer Night’s Dream de Britten. A Cologne elle chante Ismene dans Lindor und Ismene de Joseph Aloys, participe à une tournée d'Odes de Purcell avec Damien Guillon et Le Banquet Céleste (Salle Gaveau à Paris, Nice, Rennes et Poitiers) et retourne au Theater an der Wien avec le rôle de Sestia dans Cajo Fabricio de Hasse.

 

Au cours de la saison 2022/23, Suzanne chantera Susanna dans Le Nozze di Figaro et le rôle-titre dans Manon au Théâtre d’Aix-la-Chapelle. Elle reprendra à Versailles La Flûte Enchantée de Mozart aux côtés d’Hervé Niquet puis Giuditta dans Carlo il Calvo pour des concerts à la Scala in Milan and Dortmund. Elle chantera enfin Lucinda dans Venceslao de Caldara avec Martyna Pastuszka et {oh!} Orkiestra en concert à Gliwice (Pologne) et au Theater an der Wien.

Autres activités

A côté du travail orchestral, des ateliers seront consacrés à une initiation aux instruments d’époque et à leurs spécificités.

Des archets anciens permettront aux « cordes » de s’initier au style classique en ressentant, pour mieux l’approcher, l’apport d’un archet pour lequel le répertoire a été écrit.
D’autres ateliers aborderont l’histoire de l’évolution de l’interprétation en relation avec l’organologie et l’édition musicale.