Missions

Petit historique


L’enseignement musical, et instrumental en particulier, dispensé par les conservatoires a longtemps été tourné vers le jeu individuel, reléguant au second plan les pratiques collectives et notamment la pratique orchestrale.
Dans les années soixante-dix, la création de nombreux orchestres professionnels partout en France
dans le cadre du plan Landowski et le développement des échanges en Europe ont amené le monde musical et ses institutions à prendre conscience de la nécessité de renforcer la formation à la pratique collective dans notre pays, sur le modèle de ce qui existait depuis de nombreuses années dans certains pays européens, dans le nord de l’Europe notamment. Les orchestres nationaux de jeunes des Pays-Bas et de Grande-Bretagne existent ainsi depuis les années 40.
Le projet d’orchestre national de jeunes en France, mûri dans les années 70, devient réalité en 1982 dans
une période qui voit le ministère de la culture doubler son budget en l’espace de trois ans.

Ses missions n’ont pas changé depuis :

 Former à la discipline orchestrale, sous la responsabilité d’artistes de très haut niveau,
en complément de l’enseignement des conservatoires ;
 Favoriser l’insertion professionnelle des jeunes musiciens ;
 Contribuer au rayonnement à l’étranger de l’enseignement musical français

Les évolutions


Depuis le début des années quatre-vingt, le métier de musicien d’orchestre et, d’une façon plus générale

le métier de musicien, a évolué pour s’adapter aux mutations du monde musical. La mondialisation

des échanges et l’arrivée dans l’Union européenne des pays d’Europe centrale et orientale, l’émergence

d’ensembles spécialisés dans des répertoires particuliers, le vieillissement du public et la difficulté

de la musique « classique » à exister face aux autres musiques (à la télévision notamment), les demandes

des institutions d’aller vers les publics les plus divers, la chute des ventes de CD et le développement

d’Internet ont profondément changé le quotidien des musiciens.

Pour s’adapter à ces évolutions, l’OFJ a complété, au fil des ans, ses missions initiales en proposant

aux jeunes musiciens de se former à de nouveaux aspects du métier de musicien. 

 

Les échanges européens

C’est ainsi qu’ont été développés, depuis plusieurs années, les possibilités de participer à des projets

équivalents dans d’autres pays européens à travers la Fédération Européenne des Orchestres Nationaux

de Jeunes (EFNYO) à laquelle appartient l’OFJ. Ces échanges permettent de découvrir la culture

orchestrale d’un autre pays, de nouer des contacts, et de se rendre compte que voyager à l’étranger est

plus simple qu’on l’imagine. En cela, ces expériences créent de nouvelles options pour l’avenir des musiciens.

Pour en savoir plus…

 

Former aux différents répertoires de la musique « savante »

La diversité des répertoires, de la période classique à la musique contemporaine, a toujours été au cœur

de la mission de l’OFJ. Face au développement des ensembles spécialisés dans la musiques anciennes, baroque et classique, et à la nécessité croissante pour les musiciens professionnels d’adapter leur jeu au répertoire joué, un ensemble baroque a été créé en 2006 afin de former au travail orchestral les jeunes musiciens jouant sur instruments anciens la musique des XVIIe et XVIIIe siècles. 

 

Musique de chambre et médiation 

La musique de chambre est depuis longtemps une activité encouragée à l’OFJ. Pour permettre aux musiciens de jouer en concert dans les meilleures conditions, sa pratique a été accompagnée et encadrée depuis de nombreuses années. Plus récemment, cette activité a été complétée par un aspect de plus en plus présent dans le quotidien des musiciens d’orchestre, la médiation en direction des publics les plus divers, dont l’objectif est de faciliter l’accès à la musique savante d’un public non averti. Pour préparer cette médiation, les musiciens de l’OFJ travaillent en compagnie de musicologues, de comédiens, de metteurs en scène qui les aident à construire et mettre en forme un discours adapté qui donne des informations sur l’œuvre jouée, et qui, plus généralement, rende le public plus réceptif à ce qu’il va entendre.

Pour en savoir plus…

Fonctionnement


L’OFJ, c’est chaque année :


 Un orchestre symphonique d’une centaine de musiciens qui se réunit deux fois par an pour : 

- une session d’été d’environ un mois

- une session intermédiaire, à un autre moment de l’année

 

 Un ensemble baroque, regroupant vingt à trente musiciens étudiant sur instruments anciens,

qui se réunit une fois par pour une session d’une quinzaine de jours 

Des auditions dans toute la France pour chacun des deux orchestres.

 

Depuis l'hiver 2007, l'OFJ est en résidence au Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence.

C'est là que se déroulent toutes ses périodes de répétition.

Pour en savoir plus…

 

La session d’été

La principale session de l’orchestre symphonique se déroule l’été durant quatre à cinq semaines. 

Au cours de la première partie de la session (environ une semaine), les musiciens travaillent

en pupitres sous la direction de tuteurs, solistes dans des orchestres français et étrangers,

qui ont participé à la sélection des candidats. 

L’orchestre travaille ensuite en tutti sous la direction de son directeur musical pendant une dizaine de

jours. A l’issue de cette seconde période de travail, l’orchestre part en tournée en France et à l’étranger.

 

La session d’été est aussi l’occasion, pour les musiciens qui le souhaitent, de pratiquer la musique

de chambre. Les groupes, formés en amont de la session, peuvent recevoir des conseils des professeurs

de pupitres ainsi que ceux d’un coach spécialiste de cette discipline. Les pièces préparées sont données
en concert dans divers lieux d’Aix-en-Provence et de sa région.

L’activité de musique de chambre s’accompagne désormais d’une formation à la médiation dont l’objectif

est de donner aux musiciens des outils leur permettant de présenter les œuvres qu’ils jouent.

Pour en savoir plus…

 

La session intermédiaire

Une seconde session d’une durée plus courte (cinq à dix jours), permet de reprendre, avec les mêmes

musiciens, certaines pièces de l’été précédent et de travailler une ou plusieurs oeuvres nouvelles sans

travail préparatoire en pupitres. L’objectif de cette session, qui constitue, avec la session d’été,

un ensemble pédagogique indissociable, est de placer les jeunes musiciens dans des conditions

de fonctionnement des orchestres professionnels : reprise régulière d’oeuvres du répertoireet travail

d’oeuvres nouvelles en quelques répétitions.

 

La session baroque

Depuis 2006, un ensemble baroque vient compléter la mission de l’Orchestre Français des Jeunes.

Cet ensemble propose aux jeunes musiciens étudiant sur instruments anciens une formation

professionnelle à la discipline collective dédiée au répertoire des XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Les auditions
Chaque année, entre janvier et avril, des concours destinés aux étudiants des principaux
établissements d’enseignement musical (Conservatoires Nationaux Supérieurs de Paris et de Lyon,
Conservatoires à Rayonnement Régional, Conservatoires à Rayonnement Départemental...)
sont organisés dans la France entière et permettent d’auditionner près de six cents candidats. 
A l’issue de ces épreuves, qui comportent éliminatoires et finales, environ 100 musiciens,
âgés de 16 à 25 ans, sont sélectionnés pour participer aux deux sessions de l’OFJ symphonique. 
De façon similaire, un concours est organisé chaque année au printemps dans différentes villes
de France pour le recrutement de l’orchestre baroque. Sur la centaine de candidats qui se présente,
vingt à trente musiciens, selon le répertoire de l’année, sont sélectionnés pour participer à la session.

Après l'OFJ


L’insertion professionnelle de ceux qui y ont participé

L’OFJ apporte aux jeunes musiciens une expérience d’orchestre qui, bien que de courte durée, n’en est

pas moins intensive et marquante. Certains la vivent d’ailleurs plusieurs fois, la moyenne de participation

étant un peu inférieure à 2 fois.

Compte-tenu de la grande diversité des musiciens participant à l’OFJ (âges de 16 à 26 ans, maturité,
niveaux d’étude, stade de professionnalisation…), l’étude de l’insertion professionnelle des « anciens OFJ »

est complexe. Néanmoins, une enquête menée en 2012, à l’occasion des 30 ans de l’orchestre a permis de

dégager les tendances suivantes :

- 91% des anciens musiciens de l’OFJ se considèrent comme musicien professionnel

- 60% placent l'orchestre en première position de leurs activités rémunérées, 40% d’entre eux étant titulaires

dans un orchestre.

De plus :

- 92% des anciens OFJ sont satisfaits ou très satisfaits de leur situation du point de vue musical

- 89% sont satisfaits ou très satisfaits de leur situation du point de vue humain

 

Rappelons que l'enquête de 2002 avait montré que 97% d’entre eux considèrent que l’OFJ est utile

ou très utile pour former au métier de musicien d’orchestre, et 71% estiment que l’OFJ est utile ou très utile

pour aider à faire des choix professionnels.

Le Conseil d'Administration


 

Hugues R. GALL, président

Membre de l’Institut

 

Ivan RENAR,vice-président / trésorier

Président de l’Association Française des Orchestres (AFO)

 

Dominique MEYER, Membre d'honneur

Directeur de l'Opéra de Vienne 

 

Michel ORIER

Directeur Général de la Création Artistique au Ministère de la Culture et de la Communication

 

Eric DENUT

Direction Générale de la Création Artistique au Ministère de la Culture et de la Communication

 

Laurent BAYLE

Directeur général de la Cité de la Musique

 

Anne BLANCHARD

Directrice artistique du festival international d’opéra baroque de Beaune

 

Marc-André DALBAVIE

Compositeur

 

Didier DE COTTIGNIES

Directeur artistique de l'Orchestre de Paris

 

Serge DORNY

Directeur Général de l’Opéra National de Lyon

 

Bruno MANTOVANI

Directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

 

Alain SURRANS

Directeur de l'Opéra de Rennes

 

Thibault DESQUILBET

Fédération Nationale des Associations de Parents d’Elèves de Conservatoires